Géologie

- Histoire géologie
- Socle Matheysine
- Carbonifère
- Trias
- Spilites
- Blocs basculés
- Sédiment. secondaire
- Orogenèse alpine
- Le Tertiaire
- Glaciations
- La dernière glaciation
- Stratigraphie actuelle
- Géologie / Matheysin
- La Mure/Arc morainique
- Minéraux de collection
- Climats du passé


Climats



Il est aujourd'hui très délicat de parler climat, ce sujet est sorti du domaine scientifique et est devenu le bien de groupements orientés et des réseaux sociaux. Aussi, pour ne pas rentrer dans la polémique nous resterons dans cette page uniquement dans le domaine scientifique avec peu de difficulté puisque nous allons surtout parler du passé qui a été bien étudié et ne donne pas lieu à contestation.

Il nous semble nécessaire de commencer par le rappel d'une évidence, c'est le soleil qui est le premier facteur que ce soit à long, à moyen et à court terme.
A l'échelle géologique, il y a eu accroissement linéaire de l'activité solaire depuis la naissance de la Terre mais à une échelle beaucoup plus courte le soleil a une activité cyclique Par exemple le cycle undécennal (qui a lieu tous les 11 ans). Sur la période historique ce cycle semble à l'origine de variations climatiques significatives.
Les spécialistes du soleil nous apprennent que celui-ci est entré dans une phase de « Grand Minimum Solaire » (2020-2053) qui :

conduira à une réduction significative du champ magnétique et de l'activité solaire analogue à celle du « minimum de Maunder » [1645 et 1715], entraînant une réduction notable de la température terrestre.
[Valentina Zharkova].

Cette conclusion est en complète contradiction avec la pensée unique actuelle !

Les climats du passé

La Terre, un peu plus de 4,5 milliards d'années, a connu tous les climats possibles, du totalement englacé (Boule de neige) à des températures permettant les palmiers au Groenland et en Patagonie au début du Tertiaire avec des alligators près du Pole Nord.
Le sujet est vaste aussi, pour voir l'influence de quelques uns des nombreux paramètres, nous allons comparer deux situations opposées que la Terre a connues : celle du Trias et celle dans laquelle nous vivons. Les deux cartes sont extraites du site scotese.com, Paleomap Project, la France est repérée par le rond bleu, les ronds verts représentent les dépôts de charbon.



La pangée commence à se fracturer sous l'effet de la chaleur interne qui a du mal à s'évacuer dans l'intérieur de cet immense continent.
Un climat aride règne sur la plus grande partie, il fait chaud aux deux pôles.
Un océan unique sans courant puisque les gradients de température sont faibles, de même pas de montagnes donc pas de gradient vertical créant des régimes de vent.
Des conditions climatiques très désagréables que l'homme n'aurait pas appréciées et probablement pas supportées. De plus pas de montagne, pas de neige et glaciers, peu de bord de mer...



La situation actuelle est totalement opposée, nous avons sur Terre toute la variété des climats, de l'aride au très froid polaire avec des saisons très marquées.
Les continents sont dispersés sur la surface de la Terre, échangeant avec les océans sur de grandes longueurs de côte. Il y a 25 Ma, la séparation entre l'Australie et l'Antarctique, l'ouverture du détroit de Drake au sud de l'Amérique vont changer le climat mondial et acheminer vers la période glaciaire. L'Antarctique, isolé de la chaleur équatoriale par un courant froid circumpolaire, s'englace et un courant s'établit dans l'océan mondial (figure ci-dessous) créant des échanges thermiques.
Une autre raison de modification climatique arrive à partir de 13 Ma, les orogènes himalayenne et alpine modifient le régime des vents (la mousson) et permettent l'apparition des glaciers.


Les catastrophes qui ont impacté le climat

Des évènements sont venus parfois rompre l'équilibre climatique du moment pour une durée plus ou moins longue :

Les Trapps

Une cause importante de dégradation majeure du climat, conduisant à des extinctions d'espèces, est le volcanisme paroxysmal qui construit ces masses volcaniques que l'on appelle "trapps". Ces éruptions qui peuvent durer des millénaires crachent dans l'atmosphère quantité de poussières et de gaz sulfureux et dégradent le climat, les pluies acides tuent la flore et la faune et diminuent la température.
Le schéma ci-contre répertorie 13 trapps en 300 Ma, le dernier remonte à 13,5 Ma. Deux ont signé la fin de l'ère en cours :
- Les trapps de Sibérie, la fin de l'ère primaire. Plus de 2 000 000 km3 sur 2 500 000 km2 pendant 1 Ma.
- Les trapps du Deccan, la fin de l'ère secondaire (la disparition des Dinosaures). 1 000 000 à 2 500 000 km3 sur 1 000 000 km2 en 1 Ma.


Relation entre les âges des trapps et des principales phases d'extinction d'espèces au cours des derniers 300 Ma. (Courtillot, 1995).

Les collisions avec des astéroïdes

Durant le Tertiaire, on note 4 collisions majeures avec des astéroïdes de 1,5 à 10 km de diamètre qui suppriment toute vie dans la zone d'impact et affectent, pour un certain temps, le climat sur la Terre du fait des nuages de poussières. L'impact le plus médiatisé, du fait de la fin des Dinosaures, est celui qui a participé à l'extinction de la fin du Secondaire avec les trapps du Deccan. Un astéroïde de 10 km de diamètre a percuté la Terre à Chicxulub (Yucatan), a creusé un cratère de 180 km.
Le dernier, il y a 13.5 Ma est celui de Nördlinger Ries (Allemagne). L'impacteur aurait eu un diamètre d'environ 1,5 km, sa vitesse d'impact est évaluée à 20 km/s (72 000 km/h). L'explosion qui en a résulté équivaut à 1,8 million de fois la bombe d'Hiroshima. 150 km3 de roches ont été éjectées du sous-sol. Des pierres ont été projetées sur une distance de 70 km. En quelques minutes, il s'est formé un cratère d'un diamètre de 25 km et d'une profondeur d'environ 500 m. À peu près toute forme de vie dans un rayon d'au moins 100 km a disparu soudainement.
Ces astéroïdes géocroiseurs sont surveillés étroitement par la NASA et des études portent sur les moyens de les dévier en cas de danger.

Depuis la dernière glaciation


La glaciation se termine, la température remonte très rapidement à partir de -11700 BP puis progressivement à des températures supérieures à celles actuelles. A partir de -8200 BP, elle va décroitre légèrement. A -4200 BP s'installe une mégasécheresse qui va durer 200 ans. Cet événement climatique très perturbateur a eu de graves répercussions sur de nombreuses sociétés basées sur l'agriculture. Cela a conduit à une migration humaine importante dans des régions telles que l'Égypte, la Mésopotamie, la vallée de l'Indus et la vallée du Yangtsé.

En 2018, la commission de stratigraphie a divisé l'Holocène en 3 ages :
- GREENLANDIEN, de -11700 BP à -8200 BP
- NORTHGRIPPIEN, de -8200 BP à -4200 BP
- MEGHALAYEN, de -4200 BP à aujourd'hui.

Durant ces deux derniers millénaires la température a varié, des périodes chaudes (époque romaine, optimum climatique du moyen-âge) des périodes froides (petit âge glaciaire), aujourd'hui nous sommes à la moyenne, les glaciers reculent mais sont encore plus importants qu'à certaines époques comme nous le montrent des témoignages et des peintures et comme l'atteste la présence d'arbres et de pollens dans les fronts glaciaires.


Courbes empruntées à Paléoclimats référencé en bas de page
Attention aux âges, dans le texte ci-contre les âges sont en BP (Before Present) contrairement aux courbes ci-dessus.

Et demain ?

La science a beaucoup progressé, les super-calculateurs sont de plus en plus puissants, mais le climat, système chaotique, reste non prédictible, le nombre de paramètres est tel que les modèles vont rester encore longtemps imparfaits et l'on a vu qu'une période momentanément stable peut être perturbée par certains avatars.
Ceci est confirmé pour l'instant, les prévisions faites depuis 30 ans, certaines assez délirantes et/ou reconnues manipulées aujourd'hui, ne se réalisent pas (courbe en crosse de hockey de Mann en 1998 ; Une vérité qui dérange de Al Gore en 2006 ; Le Syndrome du Titanic de N. Hulot...)

Climat de la Matheysine

Nous avons eu l'occasion de citer des écrits anciens sur la Matheysine, ils ne sont pas très flatteurs et en ce qui concerne le climat, ils sont sans appel, il fait très froid, beaucoup plus froid que dans les contrées voisines ! A titre d'exemple, citons une déclaration présentée à la séance du 4 mai 1869 de la "Société de statistique, des sciences naturelles et des arts industriels du département de l'Isère" :

La Matheysine est une vallée très élevée et très froide ; elle commence au village de Laffrey et se termine au territoire du bourg de la Mure ; elle est dans la direction du nord au midi, de sorte que les vents du nord la parcourent librement dans le sens de sa longueur, c'est-à-dire pendant environ trois lieues. Ce qui contribue a la refroidir, ce sont trois lacs assez grands et presque contigus, qui occupent le fond de toute sa partie septentrionale. Sa température diffère tellement de celle des contrées voisines, que lorsqu'on passe dans les vallées limitrophes, soit au sud, soit au nord, soit à l'est, on s'aperçoit en moins de cinq minutes d'un changement très-sensible.

Il est vrai qu'autrefois l'accès à la Matheysine était très difficile pendant de nombreux mois comme le montre la photo du haut de page et c'est encore le cas très ponctuellement pendant une forte chute de neige. Aujourd'hui, les Matheysins sont satisfaits de la tendance actuelle vers le réchauffement !

Pour ceux qui veulent en savoir plus :
- Dans la conférence La Mure sous les glaces on explique la baisse de température durant le Tertiaire.
- Jean-François Deconinck, Paléoclimats, 2009, Editions Vuibert.
- Il est impossible de trouver un site scientifique non polémique accessible au grand public, ce que nous avons trouvé de mieux, le site des climato-réalistes, très référencé, avec les articles scientifiques traduits et/ou résumés.

↑MENUS↑