Géologie

- Histoire géologie
- Socle Matheysine
- Carbonifère
- Trias
- Spilites
- Blocs basculés
- Sédiment. secondaire
- Orogenèse alpine
- Le Tertiaire
- Glaciations
- La dernière glaciation
- Stratigraphie actuelle
- Géologie / Matheysin
- La Mure/Arc morainique
- Minéraux de collection


Les minéraux de collection


Un beau foisonnement de cristaux de quartz

Cette page n'entend pas faire un cours de minéralogie mais voudrait remettre en lumière un patrimoine naturel qui a été peu exploité presque clandestinement. Il n'est connu que par des initiés mais de beaux spécimens se trouvent dans de prestigieux musées minéralogiques et le lieu "La Mure" est mentionné à nombreuses reprises dans les encyclopédies des minéraux.

Un grand merci à Claude Barnel qui nous a donné toutes les photos de cette page, photos de pièces de sa collection personnelle provenant du territoire de Susville.


Dans le secteur de la mine du Villaret, les failles fort gênantes pour l'exploitation du charbon ont été des lieux privilégiés pour la cristallisation des minéraux remontés par la circulation des eaux. Avant 1900 la recherche des minéraux se faisait par l'extérieur puis le travail de la mine a permis d'atteindre ces merveilles de la nature dans des zones plus profondes. Il semble que les règlements des mines, contrairement à ceux de certains pays, n'autorise pas le prélèvement et la valorisation de ce qui aurait pu être une ressource secondaire.
Heureusement certains mineurs sont devenus des minéralogistes amateurs, ont prélevé avec soin des pièces parfois imposantes qui ont rejoint, dans une économie souterraine, le circuit commercial. On trouve, sur le plateau, des collections privées avec des exemplaires rares, dignes des plus grands musées.

Quelques exemples

Il y a 94 éléments naturels qui se combinent en environ 4500 minéraux qui forment une infinité de roches différentes.
On doit avoir, en Matheysine, de l'ordre de 30 minéraux.
Les cristaux se sont formés au cours du temps dans des conditions évolutives bien différentes de celles de leur découverte. Durant tout le Secondaire le socle s'est enfoncé de plusieurs kilomètres, dans les failles qui préexistaient les pressions et les températures ont atteint des valeurs importantes. A partir du Tertiaire le socle est remonté du fait de l'érosion et de la tectonique, aujourd'hui, aux Signaraux le socle se retrouve à plus de 1000 m dans l'Arboretum et à la Motte d'Aveillans nous sommes dans le Houiller productif. Les conditions de pression et de température ont évolué dans de grandes proportions ce qui doit expliquer la succession des cristallisations et la transformation de certains minéraux moins stables.



"De beaux cristaux transparents de blende, d'un rouge rubis, tapissant parfois avec quartz et dolomite, les fentes des schistes houillers de Peychagnard.", Alfred Lacroix, Minéralogie de la France, 1910.

Sur cette photo, les cristaux de blende sont sur de la sidérite formée de cristaux lamellaires jaunes-vert regroupés en rosettes, on distingue quelques cristaux de quartz.

Sidérite, après le quartz le minéral le plus courant, c'est le fer spathique des anciens dont on a retrouvé des sites d'exploitation. Dénommée sidérose (fer en grec) puis sidérite, c'est un carbonate de fer, FeCO3. A été un minerai de fer (Allevard).

Blende, on a abandonné ce mot des mineurs allemands au profit de Sphalérite, c'est un sulfure de zinc, ZnS, le principal minerai.

.


Cristaux de sidérite sur quartz.



Cristaux de Dolomite.

.


Sidérite, Tétraédrite (cristal en forme de tétraèdre en haut à gauche), blende et quartz.


De beaux cristaux de Baryte transparents avec bordure blanche.



Tétraédrite, (cuivre gris), le nom du fait de sa cristallisation en tétraèdre, sulfure complexe de Cu, Fe, Sb ; (Cu,Fe)12Sb13

Dolomite, carbonate de calcium et magnésium, CaMg(CO3)2

Baryte, sulfate de baryum, BaSO4. Un gisement a été découvert en 2010 à Peychagnard.




Bournonite sur sidérite.

Bournonite, sulfure de cuivre, plomb, antimoine, CuPbSbS3.
"De magnifiques cristaux de bournonite ont été trouvés autrefois à Prunières ; ils atteignent 9 centimètres", Eugène Lacroix. La minéralogie de la France




A droite dans une corolle de sidérite du Sélénium cannizzarite avec un cristal de galène. Dans la partie gauche de la cookéite et des cristaux de quartz.

Un bel exemple de l'évolution de minéraux portés en surface donc dans des conditions très différentes de celle de leur formation.

Sélénium cannizzarite : les cannizzarites sont des composés à base de Pb-Bi-S ou de Pb-Bi-Se. Sur notre photo ce minéral semble issu de l'altération de la galène dont on voit encore un fragment ?

cookéite, fait partie de la famille de la chlorite, elle comporte du lithium. C'est aussi un minéral d'altération.

Une recherche sur internet avec les mots clefs "minéraux, La Mure" amène à de nombreux sites, surtout marchants, où l'on peut voir de nombreuses photos.


Une économie souterraine ?

Notre mine locale n'est pas représentative des autres mines de charbon. Après une exploitation relativement facile à La Motte d'Aveillans de la grande couche, près de la surface, d'un bon anthracite compact, elle a dû se déplacer après 1900, dans le secteur Villaret - Peychagnard. On a vu qu'il est concerné par des failles Nord-Sud et Est-Ouest qui ont limité et déformé les couches de charbon et rendu certaines inexploitables car totalement broyées, le bel anthracite étant devenu poussière. Au moment des nationalisations après la guerre la mine a été rajoutée à la liste plus pour des raisons politiques que techniques.
En contrepartie plusieurs de ces failles se sont révélées des gîtes de minéraux avec de magnifiques cristallisations et associations. On avait déjà, avant l'ouverture de la mine du Villaret, obtenu des minéraux dans les failles à partir de la surface. Des minéralogistes locaux continuent à en rechercher mais c'est devenu beaucoup plus difficile.

Personne n'a écrit au sujet de l'exploitation de ces minéraux, cette petite histoire doit être faite de savoureuses anecdotes qui mériteraient d'être contées maintenant qu'il y a prescription !
Nous avons beaucoup de questions :
- Quel était le règlement des mines au sujet de ce qui aurait pu représenter une ressource secondaire très intéressante ? Quelle était l'attitude de la direction ? Un minéralogiste grenoblois avait fait une demande en règle, il a reçut comme réponse : "traiter directement avec les mineurs".
- On raconte que des formations exceptionnelles ont été foudroyées volontairement mais on trouve aussi des pièces importantes, ayant nécessité du temps et du soin, elles n'ont pas pu être prélevées sans l'accord d'au moins d'une partie de la hiérarchie.
- Des mineurs, au moment de leur pose repas, préféraient aller à la recherche de minéraux. Combien ? Certains sont devenus de minéralogistes avertis.
Quelle était la demande et la valeur commerciale ? Aujourd'hui la demande est forte et les belles pièces atteignent des prix importants. Il semble que des intermédiaires venaient sur le pas de la mine pour récupérer directement les découvertes de la journée à la sortie de poste des mineurs.
......

↑MENUS↑