Constructions
Cholonge
- Eglise
Mayres-Savel
- Eglise
La Mure
- Ancienne église
- Beffroi
- Ecole des Capucins
- Château
- Collège
- Contournement
- L'église
- Halle
- Hôpital
- Hôtel de ville
- Jardin de ville
- Ecoles Perouzat
- Rue Saint Jean
Roizon
- Le viaduc
Saint-Arey
- Eglise
Siévoz
- Eglise

Commun
- Route Mure-Terrasses
- Bassins en calc. Laffrey

L'EGLISE
La démolition du clocher


Un cruel face à face : l'église dans toute sa magnificence au début du siècle dernier et notre église aujourd'hui décapitée et au ciment rongé.

Il n'est pas question de revenir sur l'histoire de l'église, Pierre Berthier, Victor Miard, René Reymond ont beaucoup écrit à ce sujet. Un article de Guillaume Benoist, Le chemin de croix des églises muroises, paru dans le numéro 15 de Mémoire d'Obiou fait une excellente synthèse et y rajoute la situation actuelle. Nous voulons simplement donner quelques photos du "démontage" du clocher.

Aujourd'hui on peut dire que l'architecte diocésain Berruyer a eu tort de ne pas construire cette nouvelle église dans le style "matheysin" comme l'ancienne à savoir blocs taillés de calcaire de Laffrey pour tout ce qui est important ou visible, le remplissage des murs avec les nombreuses roches très compactes et denses que nous ont laissées les glaciers et pour limiter le poids du clocher, le travertin, que l'on trouve en quantité à proximité.
Il faut dire que nous étions en plein dans la période de "l'or gris" dont Grenoble était le centre. On construit en ciment gris la Casamaure, l'église Saint Bruno entre 1870 et 1881 et de nombreux grands immeubles ornés de moulages. Si l'on rajoute de probables influences de la part de la famille Pelloux (Ferdinand, notable murois maire quelques mois à deux reprises en 1881 et 84 et son frère qui a ouvert la cimenterie en 1869), on comprend le choix de l'architecte. C'est donc le ciment qui est choisi sauf les murs montés en moellons de calcaire de Laffrey non crépis. Même le clocher est en ciment ce qui représente une très importante masse à supporter par l'édifice.

Le ciment a mal vieilli, est-ce à cause du ciment lui-même ou de la qualité de la réalisation des bétons ? (on a fait la même constation dans les côtés des écoles Pérouzat). On a dû prendre récemment une première mesure de sauvegarde très dure : démolir le clocher, non parce qu'il n'était pas réparable mais parce que l'on a vu que l'infrastructure n'était plus capable de supporter encore longtemps son énorme poids.
Voir l'article du Dauphiné Libéré du 3 décembre 2009.

auvais état des petites arcades à l'avant de l'église
Toutes les parties cimentées sont rongées.

les murs en calcaire de Laffrey sont en bon état
Par contre le calcaire de Laffrey n'est pas du tout altéré.

les piliers d'angle en mauvais état

La démolition du clocher

9 août 2009
9 août 2009
Un spectaculaire échafaudage a été installé dans le but de réparer le clocher

21 avril 2010
21 avril 2010
Après plusieurs mois, la décision est prise.
La dépose de la croix.


Les expertises ont montré que les fentes du clocher étaient réparables mais que le mauvais état de l'infrastructure du clocher imposait une dépose du clocher pour éviter à moyen-terme une catastrophe.

29 avril
29 avril
Va-t'on descendre les gravats seau par seau ?

2 juin
2 juin
Non ! On a installé en mai une imposante grue un peu plus haute que les 60 mètres atteints par le clocher.



7 juin


24 juin


18 juin


8 juillet


1er septembre
On est arrivé au niveau des cloches que l'on protège pour terminer la démolition.


20 juillet


6 septembre
la démolition est terminée, on va protéger les cloches avec une construction en bac acier.


2 octobre 2010


1er octobre, on peut remettre la croix

Ceci fait, le problème n'est toujours pas résolu, le ciment sur le reste de l'église continue à se dégrader, une campagne de restauration sur tout l'extérieur est nécessaire. Quant à un nouveau clocher ?


Octobre 2016, Bulletin d'informations municipales Le Breuil



Une petite tricherie





Photo en page 63 de Mystères et Curiosité de l'Histoire de René Reymond avec le commentaire :
Photos inédites. Fontaine de la place du Docteur Béthoux, établie en 1779.
Photo remontant à 1895.
Au fond, à gauche, la maison du député Louis Guillot qui sera démolie avec ses dépendances pour donner accès à la nouvelle église


Carte postale de l'église prise avant 1920, date où l'on a enlevé la fontaine sur la place de la Confrérie.

Jouez au jeu des 7 erreurs entre ces deux photos (les personnages autour de la fontaine, l'état et l'ouverture des volets...). Et oui, il est manifeste que la "photo" de gauche soi-disant datant de 1895 est une "vue d'artiste" faite par modification de la photo de droite postérieure.
La supercherie est aussi visible par le trait du dessin sur les parties rajoutées ou modifiées.

Mais on peut trouver la photo ci-dessous réellement prise avant l'ouverture sur la rue dans La Mure autrefois de Jean Garnier.



↑MENUS↑