Constructions
Cholonge
- Eglise
Mayres-Savel
- Eglise
La Mure
- Ancienne église
- Beffroi
- Ecole des Capucins
- Château
- Collège
- Contournement
- L'église
- Halle
- Hôpital
- Hôtel de ville
- Jardin de ville
- Ecoles Perouzat
- Rue Saint Jean
Roizon
- Le viaduc
Saint-Arey
- Eglise
Siévoz
- Eglise

Commun
- Route Mure-Terrasses
- Bassins en calc. Laffrey

LA HALLE

photo de la halle
Photo prise après 1892 du fait de la présence des fils électriques et avant 1904 où l'on a supprimé les bassins.

La première halle

La Mure et son Mandement de l'abbé Dussert :
"Les habitants de La Mure obtinrent successivement, de 1280 à 1335, onze chartes de libertés.[...] La première charte de 1309 précise très exactement une série d'avantages matériels que le dauphin Jean II leur accorde en considération de leur fidélité et de leurs services. A tous les habitants du territoire affranchi, il concède les libertés, franchises et immunités [...] Le marché exige une halle et des routes pour que les manants des régions voisines puissent apporter leurs denrées. [...] La halle devra être assez large et assez longue pour suffire au marché (mercatum), à la boucherie (macellum) et à la vente des grains (granateriam).[...] de plus les bourgeois s'engagent à faire construire la halle à leurs frais et à l'agrandir plus tard si cela devenait nécessaire."

La halle est construite à la limite de l'ancien bourg. La Mure va s'agrandir en reliant le faubourg de la Murette et en développant les rues commerçantes, la Grande-rue et la rue Calemard.

Reconstruite à plusieurs reprises

En 1413, elle est reconstruite, après sa destruction par un incendie, avec un mur plein d'un côté, et de l'autre avec des piliers "en pierre bâtarde". (?) Elle brûle de nouveau en 1420, elle est à nombreuses reprises démolie et reconstruite suite à des incendies et aux guerres de religion.

La halle actuelle


La convention est signée par les 4 carriers et le maire.

En 1843, le maire Louis Reymond et son conseil municipal décident de reconstruire rapidement la halle. Ils passent, le 28 mai une convention, avec un groupement de 4 carriers : Pierre Venture, Antoine Giraud, Isidore Favet et Hugues Guignier agissant solidairement et représentés par A. Giraud, en vue de la livraison des éléments de la halle en calcaire de Laffrey dans un délai de 4 mois :
- 30 colonnes avec base et chapiteaux d'ordre toscan dont "le fût sera d'une seule pièce de 2,666 mètres, sans gélivure, fissure, ni pièce rapportée et autant que faire se peut sans aucune veine qui puisse en altérer notablement la beauté. Ils seront travaillés et polis avec soin sur leurs ciselures et complétés à la boucharde fine."
- 60 m2 de bordure pour l'entablement du pourtour de la halle.
Le prix de chaque colonne est de 170 francs et du m2 pour les bordures à 20 francs.
Cette commande exceptionnelle et délicate a été honorée dans les temps puisque le 24 octobre le solde est payé à Antoine Giraud.

La charpente et le toit sont exécutés par M. Mornand, entrepreneur à Vizille. Lors de la construction, toutes les parties tombent d'accord pour augmenter la pente du toit "à cause des neiges abondantes qui exigent dans nos localités des pentes de toit plus raides ; les faitages et arêtiers ont été fournis en plomb et non en fer blanc, à cause d'une grande différence dans la durée de ces deux métaux..
La facture passe de 2 644,20 à 3 422,60 francs. Elle est payée le 15 mai 1844.


30 colonnes de hauteur 3,1 m.


La charpente.


Les chapiteaux toscans.


Le sol, dont il n'était pas question dans la convention avec les carriers, est en gros pavés de calcaire de Laffrey.


La base des colonnes.

↑MENUS↑