Constructions
Cholonge
- Eglise
Mayres-Savel
- Eglise
La Mure
- Ancienne église
- Beffroi
- Ecole des Capucins
- Château
- Collège
- Contournement
- L'église
- Halle
- Hôpital
- Hôtel de ville
- Jardin de ville
- Ecoles Perouzat
- Rue Saint Jean
Roizon
- Le viaduc
Saint-Arey
- Eglise
Siévoz
- Eglise

Commun
- Route Mure-Terrasses
- Bassins en calc. Laffrey

ÉGLISE DE SIÉVOZ

1889 - Rapport de Henri Rivoire, architecte à Grenoble

Reconstruction de l'église - Rapport descriptif et estimatif sur l'église actuelle et le projet présenté.
Il résulte d'un rapport en date du 2 mai 1889 que les 29 et 30 avril 1889 nous avons été appelé à Siévoz par Mr le Curé Trinquet à l'effet de visiter l'église actuelle et de choisir un emplacement susceptible de recevoir le nouvel édifice.
Le rapport dit : "La Commune possède à environ 1000 mètres du village une église remontant au XIe siècle interdite en 1697 par le Cardinal Le Camus lors de son passage à Siévoz. Cette église ne présente actuellement que des ruines où le clocher est encore debout. C'est à partir de cette époque que la petite chapelle des Pénitents est devenue l'église paroissiale et c'est encore la même qui existe aujourd'hui. Outre son insuffisance pour la population elle est très humide, le chemin qui longe la façade latérale est a 2,50 m au dessus du sol intérieur et les crépissages faits il y a 2 ans par M. le curé sont entièrement dégradés.
Cet état signalé en 1889 (?) est encore le même aujourd'hui avec l'aggravation de ces dernières années.
Un projet fut dressé il y a une dizaine d'années par feu Mr l'architecte Choupin. Ce projet ne put être mis à exécution la Commune n'ayant pas les ressources nécessaires.
Le projet présenté actuellement est une église romane de 7 mètres de largeur sur 22 de longueur totale. Deux chapelles de 2,50 x 6,50 disposées de façon à permettre dès l'entrée de voir les autels latéraux suffirait pour la population de 290 habitants.
La hauteur sous voûtes ne serait qu de 8 mètres 50 - hauteur bien suffisante dans les montagnes où les froids sont longs et rigoureux.
Le clocher serait terminé par une flèche en tuf.
D'après l'estimation faite pour des édifices semblables la dépense peut être évaluée à la somme de 27 000,00 francs, chiffre auquel arrivait déjà le projet présenté par Mr Choupin."
Le rapport de 1889 parlant de l'emplacement dit ceci : Un seul emplacement dans toute la Commune se présente avec tous les avantages requis, c'est le verger curial. Ce verger est situé le long de la route et la partie basse pourrait être facilement rendue horizontale et recevrait l'édifice qui serait construit parallèle au chemin, l'abside tournée au Levant. L'emplacement projeté alors est celui présenté aujourd'hui car il est à quelques mètres de la chapelle servant d'église et à côté du presbytère.
Il est utile d'ajouter que la Commune élévait des prétentions au sujet de ce verger et que depuis tous les droits de la Fabrique ont été reconnus.

Archives de l'Isère cote 2O490/2


L'ancienne église

L'implantation de l'ancienne église et du cimetière loin des deux hameaux actuels pose la question de l'existence d'un ancien village situé autour de cette église.
En novembre 1683, le curé et les habitants du Bas-Siévoz adressèrent une requête à Monseigneur Camus afin de faire le service religieux à la chapelle des Pénitents, l'église étant éloignée et difficile d'accès en hiver.
Voir René Reymond Enigmes Curiosités Singularités p. 214 et Mystères et Curiosités p. 210.



L'église était située près du cimetière entre Siévoz-le-bas et Siévoz-le-haut.
En 1889 il ne restait que le clocher, il a été démoli en 1890. Les blocs ont été recyclés dans la nouvelle église.


L'église actuelle

Le crépissage laisse voir la roche employée pour sa construction, elle est facilement identifiable du fait de sa patine très caractéristique, c'est du calcaire du lotharingien supérieur. C'est un matériau local issu des carrières de Siévoz où l'on a exploité cette roche pour la fabrication de ciment naturel.
La façade et le clocher sont en travertin (tuf calcaire), l'entrée et les encadrements sont en ciment moulé peint.


Calcaire local pour le matériau principal.


La façade en travertin et en ciment moulé.


La belle patine orangée typique du Lotharingien supérieur.

↑MENUS↑