Constructions
Cholonge
- Eglise
Mayres-Savel
- Eglise
La Mure
- Ancienne église
- Beffroi
- Ecole des Capucins
- Château
- Collège
- Contournement
- L'église
- Halle
- Hôpital
- Hôtel de ville
- Jardin de ville
- Ecoles Perouzat
- Rue Saint Jean
Roizon
- Le viaduc
Saint-Arey
- Eglise
Siévoz
- Eglise

Commun
- Route Mure-Terrasses
- Bassins en calc. Laffrey

ÉGLISE DE MAYRES-SAVEL

photo de l'église de Mayres

Cette église est l'une des plus anciennes de la Matheysine, puisqu'elle existait déjà au XIIe siècle. Elle est dédiée à Saint Jean-Baptiste. C'est une belle romane aux robustes contreforts qui a été classée en 1919, par arrêté du ministre de l'éducation, monument historique pour son clocher et les corniches de sa nef.
Abbé Dussert :"La plupart des églises, à la fin du XVIe siècle, avaient été incendiées ou tombaient en ruine, n'étant pas entretenues, parce que Lesdiguières en avait longtemps confisqué les revenus pour ses contributions de guerre. Nos monuments religieux les plus anciens sont postérieurs à 1600 ; seul le clocher de Mayres remonte au moyen-âge."

le clocher
Le clocher avec deux étages d'ouvertures. Au premier des baies géminées

la corniche
Corniche à modillons le long des murs de la nef et du transept.

les baies trijumelles du deuxième étage
et au second des baies trijumelles.

Les matériaux de construction

Comme à Saint-Arey le matériau principal est la pierre du pays, le travertin. Les éléments sur les photos ci-dessus sont en travertin : le clocher avec de beaux blocs relativement réguliers, les encadrements et les colonnes des baies de même que la corniche.
Il en est de même pour les contreforts, les pierres d'angle, les encadrements. Les encadrements de la porte d'entrée et de la petite fenêtre au-dessus en façade sont aussi en tuf calcaire de couleur blanche sans impuretées et plus homogène.
Pour les murs probablement destinés à être crépis on a utilisé comme ailleurs les pierres, de toutes natures, apportées par les glaciers, ce matériau de qualité et gratuit existait en abondance.

contreforts en tuf calcaire
Les contreforts côté sud en blocs de tuf calcaire.

le porche en tuf blanc
Le tuf très blanc pour la façade.

petit appareil divers pour les murs
Les murs, normalement crépis, ne sont pas soignés, ils sont réalisés avec les pierres trouvées sur place.

Les réfections

Comme pour de nombreuses anciennes églises il n'est pas toujours possible d'avoir une idée exacte de la construction d'origine, les dégradations, les réfections ou les modifications peuvent être importantes. Le toit d'ardoises a probablement pris la place d'une pyramide en tuf calcaire comme le reste du clocher.
D'autre part il est manifeste que le toit a été rehaussé, cela se voit :
  - En facade, par les différences d'appareil on distingue la pente initiale, points jaunes sur la photo ci-dessous à gauche
  - L'ouverture ouest du clocher est partiellement occultée par le faîte du toit, photo ci-dessous à droite.

élévation du toit visible en façade





V. Miard : "Le paysage est dominé par une église romane aux robustes contreforts, qui a malheureusement beaucoup perdu de son caractère et, partant, de son charme, à la suite de réparations et transformations successives en ayant affecté le style primitif. "

une fenêtre du clocher partiellement bouchée

↑MENUS↑