Sites remarquables
- Beaumont
  * Le canal du Beaumont
- Bonne (vallée de la)
  * 1. jusqu'au Désert
  * 2. en amont du Désert
- Cognet
  * La roche et le pont
- Connex
- - Corps
  * Les carrières de marbre
- Entraigues
  * L'arche du vet
- Laffrey
  * Les carrières
  * Lacs - zones humides
- Lavaldens
  * Vallon de l'Espalier
- Malsanne (vallée de la)
- Marcieu
  * Les Champs
- Mayres-Savel
  * Cristaux de gypse
- Monteynard
  * lac à la fin de l'hiver
  * Les passerelles
  * Eboulement Clapisse
- La Motte d'Aveillans
  * La Grande Draye
- La Motte Saint Martin
  * La cimenterie
  * Demoiselles du Majeuil
- La Mure
  * Cimon
  * Payon
  * Péchot
- Nantes en Ratier
  * Colline Les Mas
- Pellafol
  * Les Gillardes
- Pierre-Châtel
  * La Pierre Perçée
- Prunières
  * meulière
- Saint-Arey
  * Demoiselle coiffée
  * Travertin de la Baume
- Sainte-Luce
  * La carrière
- Saint-Honoré
  * Oullière (Col d')
  * Le Piquet de Nantes
- Saint-Laurent-en-B
  * Les Garguettes
- La Salette
  * Les accès
  * Le col d'Hurtières
  * Le Gargas
  * Le Col de Prés Clos
- Senépi
  * Les Signaraux
  * Bornes Le Camus
  * Pierre Plantée
- Siévoz
  * Ancienne cimenterie
  * Le Besset
- Sousville
  * Pont-Haut, demoiselles
- Susville
  * Discordance Chuzins
  * Merlins, effondrement
  * Roche Paviote
  * Carrières Versenat
  * Rocher Siéroux
- Valbonnais
  * Cimenterie Pelloux
  * La carrière de gypse
  * Géologie et escalade
- Valsenestre
  * Village et géologie
  * Le cipolin
  * Combe Oursière
  * Le col de Côte Belle
  * Le vallon
- Venosc
  * Vallon de la Muzelle
- Villard-Saint-Christophe
  * Ciment, carrière
  * Chinarde, carrière
  * Côte Dure
  * Fontaine du Fayet

LES EFFONDREMENTS DE LA COMBE DE PRUNIERES
ET DES MERLINS

Itinéraire
A Nantizon, prendre la route qui mène à Versenat, La Sausie, les Merlins.
L'ancien village des Merlins était sur le replat à la fin de la route goudronnée. On peut continuer en voiture, après la grande aire de stationnement, par la route en terre, on laisse à gauche le chemin menant à Roberton, et on laisse la voiture à l'endroit noté parking.
On est sur le chemin qui mène à la bergerie de Senépi qu'on laisse à droite en prenant l'ancien chemin horizontal plus ou moins encombré de blocs et de végétation, qui nous mène à l'effondrement. (1 km environ de marche)
Attention aux périodes très humides !

        itinéraire

Les effondrements dans le secteur
1853 - 1912

Voici ce que nous rapporte Pierre Berthier :

UN PHENOMENE DE LA NATURE
Le ruisseau de la Jonche se réunit au Drac au-dessous de Cognet. Le 28 mai 1853, un phénomène naturel se produisit dans ce ruisseau. A deux kilomètres du village, sur la route départementale de La Mure à Mens, à quelques kilomètres du pont de la Clayta, il se fit un éboulement dans le lit de la Jonche, en forme d'entonnoir. Le pont de la Clayta se lézarda immédiatement et de nombreuses crevasses apparurent sur les terrains environnants et sur la route. Au bout de quelques jours la circulation fut interrompue et petit à petit le pont s'écroula, malgré sa solidité.
Sa construction datait de 1820 et l'ouverture de son arche était de 16 mètres. Le gouffre grandissait tous les jours ; il atteignit jusqu'à 50 mètres de profondeur. Les eaux de la Jonche y disparaissaient sans que l'on ait pu connaître leur sortie. Dans ce trou immense on précipita d'énormes pièces de bois, des arbres, de la broussaille, tout y disparaissait. Par suite de cette déviation des eaux, les moulins de Cognet furent arrêtés un certain temps.
En septembre de la même année, les eaux reprirent leur cours normal sans qu'aucun travail n'ait été entrepris pour cela. De mémoire d'homme, jamais semblable phénomène n'avait encore été signalé. En 1912, le même phénomène se reproduisit. De nouveau, après une grosse crue, les eaux de la Jonche disparurent dans un gouffre assez profond formé par un éboulement à 30 mètres environ en amont du précédent. Cette fois encore il fut impossible de savoir où sortaient les eaux capricieuses de la Jonche assez forte dans cette saison. On recommença les expériences des arbres, de la broussaille, des produits colorants, mais toujours sans plus de succès. Au bout de quelques mois de « désertion » la Jonche reprit normalement son cours.

On peut lire la même histoire, écrite par Claude Muller de façon plus journalistique, dans son livre "Les mystères du Dauphiné", retranscrite dans un fichier pdf .

1969 - 1985

En 1969, une cavité de 40 m s'ouvre dans la Combe des Merlins à proximité du village, provoquant la disparition du ruisseau. Remblayée l'année suivante, elle réapparait plus grande en 1971. Le village est affecté : lézardes dans les murs, fissures dans le sol. Le village est évacué et démoli mais on conserve la chapelle.
En 1985 des effondrements autour de la chapelle provoquent des fissures, le bassin communal voisin disparaît. On détruit la chapelle en 1994.

On peut lire un excellent article sur l'histoire de ce village dans le numéro 14 de "Mémoires d'Obiou" : "Les Merlins, un village rayé de la carte" par Madeleine Casanova.
Il n'y a pas de plaque pour perpétuer le souvenir de ce village que l'on traverse sans s'en rendre compte.

L'effondrement de 1984 sur la route menant à l'alpage

Le 8 septembre 1984, dans la combe de Prunières, la route sylvo-pastorale qui mène à l'alpage du Senépi est coupée par des fissures et un trou de 4 m de diamètre. Ce trou, en mars 1985, avait une profondeur de plus de 35 m et un diamètre d'une vingtaine de mètres.
En juin 1985 on comble le trou avec 10 000 m3 de remblai.
A la fin de l'été 1986 le remblai s'est tassé de 4 m et il disparaît en juillet 1987.
La route de l'alpage est modifiée et l'effondrement est réaménagé en 2001 comme on le voit sur la photo ci-dessous.
En 1985 un autre effondrement se produit dans les bois à 500 m au sud.

effondrement



Réaménagement de l'effondrement, en 2001. Remblaiement, parois reprofilées et plantation de pins sylvestres.
Modification de la route sylvo-pastorale après une étude et la présentation d'une "carte du risque d'effondrement karstique à l'aplomb des travaux miniers"

Pourquoi ces effondrements

Pour comprendre la géologie de Senépi, et en particulier du secteur de la combe de Prunières qui nous intéresse, il faut se référer à la page Senépi du site Geol-Alp.
On constate :
- La forte présence de Trias en discordance sur le houiller et recouvert par le calcaire de Laffrey, ces trois formations pouvant apparaître à l'affleurement selon la tectonique et l'érosion. Ce Trias comprend des marno-calcaires, des calcaires dolomitiques, de l'anhydrite et du gypse.
- Le chevauchement du Senépi et plus près une faille importante, de direction nord-sud, la faille de Touage et de la Pierre Plantée.
En ajoutant les écoulements des eaux venant de plus haut on a toutes les conditions pour avoir une dissolution des roches triasiques broyées, les vides entraînant la rupture du plancher supérieur, ici en calcaire de Laffrey.

Les anciens mineurs étaient (et restent ?) persuadés que les galeries de mine étaient responsables de ces ennuis, la RTM a géré ce problème et fait les études nécessaires pour faire la part des choses. L'analyse des gaz dans les cavités n'a pas détecté les gaz que l'on rencontre dans les exploitations houillères tels que le monoxyde de carbone, le gaz carbonique, les oxydes d'azote, l'hydrogène sulfuré et l'anhydride sulfureux. D'autre part il a été estimé que l'influence du foudroyage dans le houiller n'aurait fracturé que les premiers bancs de la base du Trias sur quelques dizaines de mètres puis amortissement du processus qui ne pouvait se propager jusqu'à la surface.
On pourrait rajouter que dans ce que nous avons rapporté des années 1853 et 1912, il n'y avait pas de galeries à proximité.

Tenant compte du fait que les travaux miniers ont probablement modifié le système hydrologique et de ce fait ont pu réactiver le processus de dissolution, la conclusion officielle est de dire que les effondrements résultent de la concomitance risque naturel - risque industriel.

Pour en savoir plus sur l'étude RTM consulter : Liliane Besson, Les risques naturels, Ed. Techni-cités, 2005.

Description du site actuel

site de l'effondrement

explication de l'affleurement

La zone est très broyée. On peut voir de nombreux plans de faille repérables par une couche de calcite souvent très épaisse. Sur la photo, de part et d'autre de la faille, les pendages des strates sont différents. Au calcaire de Laffrey de bonne qualité succède un calcaire marneux de l'Aalénien.

Conclusion

Ces effondrements naturels dus à la dissolution des roches triasiques gypseuses sont très classiques, ici ils ne sont pas très importants même s'ils ont conduit à la destruction d'un village. Autrement plus spectaculaire a été l'effondrement de Montouvrard près d'Allevard où, le 26 août 2001, disparaissaient 700 m3 d'épicéas engloutis dans un cratère de 150 m de diamètre et de 50 m de profondeur, heureusement loin de toute habitation et en l'absence de promeneurs. C'est un parapentiste, deux jours après, qui a donné l'alerte ! On a pu déterminer précisément le moment de l'effondrement : on a constaté que le dimanche 26 août à 18h26 les sismographes avaient enregistré une secousse dans le secteur de 1,7 sur l'échelle de Richter. Pour voir une photo sur le site Geol-Alp.

↑MENUS↑