Sites remarquables
- Beaumont
  * Le canal du Beaumont
- Bonne (vallée de la)
  * 1. jusqu'au Désert
  * 2. en amont du Désert
- Cognet
  * La roche et le pont
- Connex
- Corps
  * Les carrières de marbre
- Entraigues
  * L'arche du vet
- Laffrey
  * Les carrières
  * Lacs - zones humides
- Lavaldens
  * Vallon de l'Espalier
- Malsanne (vallée de la)
- Marcieu
  * Les Champs
- Mayres-Savel
  * Cristaux de gypse
- Monteynard
  * lac à la fin de l'hiver
  * Les passerelles
  * Eboulement Clapisse
- La Motte d'Aveillans
  * La Grande Draye
- La Motte Saint Martin
  * La cimenterie
  * Demoiselles du Majeuil
- La Mure
  * Cimon
  * Payon
  * Péchot
- Nantes en Ratier
  * Colline Les Mas
- Pellafol
  * Les Gillardes
- Pierre-Châtel
  * La Pierre Perçée
- Prunières
  * meulière
- Saint-Arey
  * Demoiselle coiffée
  * Travertin de la Baume
- Sainte-Luce
  * La carrière
- Saint-Honoré
  * Oullière (Col d')
  * Le Piquet de Nantes
- Saint-Laurent-en-B
  * Les Garguettes
- La Salette
  * Les accès
  * Le col d'Hurtières
  * Le Gargas
  * Le Col de Prés Clos
- Senépi
  * Les Signaraux
  * Bornes Le Camus
  * Pierre Plantée
- Siévoz
  * Ancienne cimenterie
  * Le Besset
- Sousville
  * Pont-Haut, demoiselles
- Susville
  * Discordance Chuzins
  * Merlins, effondrement
  * Roche Paviote
  * Carrières Versenat
  * Rocher Siéroux
- Valbonnais
  * Cimenterie Pelloux
  * La carrière de gypse
  * Géologie et escalade
- Valsenestre
  * Village et géologie
  * Le cipolin
  * Combe Oursière
  * Le col de Côte Belle
  * Le vallon
- Venosc
  * Vallon de la Muzelle
- Villard-Saint-Christophe
  * Ciment, carrière
  * Chinarde, carrière
  * Côte Dure
  * Fontaine du Fayet

ROCHE PAVIOTE
et la
CARRIÈRE de MARBRE PUNAIS

Itinéraire
Nantizon, Les Chuzins, stationner à la sortie près de l'ancienne cité minière. Immédiatement après les dernières maisons prendre un chemin montant à droite. On est rapidement dans la zone de la carrière.
Pour Roche Paviote on continue le chemin, on monte dans la partie boisée, en contrebas de la crête jusqu'au replat à côté de la Roche que l'on voit au dernier moment du fait de la végétation.
On peut accéder aussi par un beau chemin qui part du virage au-dessus de la Sausie (pointillés roses).

     itinéraire

La carrière de "marbre punais"

Deux lignes dans le livre de Pierre Berthier retiennent l'attention lorsque l'on est intéressé par la géologie :

La promenade de Roche Paviote est facile à faire de la Mure en passant par Nantizon et par la carrière de marbre "punais", (appelé ainsi parce qu'en le martelant il dégage une odeur d'oeufs pourris).

C'est tout ce que nous savons aujourd'hui. Plusieurs passages dans le secteur, avant ce renseignement n'avaient pas attiré l'attention. Il faut y retourner avec un regard plus affuté.
En effet, rapidement après le départ du chemin à la sortie des Chuzins, il semble évident que l'homme est intervenu ici : gros blocs de dolomie dont certains taillés au bord du chemin, affleurements exploités.
Nous sommes juste au dessus de la falaise de la discordance des Chuzins et nous sommes dans la dolomie triasique qui fait suite, dans la stratigraphie locale, au conglomérat que l'on a vu sur le Carbonifère.
On trouve du calcaire marmoréen très blanc en cassure (l'altération le rend grisâtre et peu différent de la dolomie) et, effectivement il dégage, sous le marteau, une forte odeur de H2S. (odeur d'oeufs pourris).

Pourquoi cette odeur ? c'est caractéristique des roches qui se sont sédimentées dans un milieu mal oxygéné (anoxique), la matière organique n'a pas été complètement dégradée, la réduction des sulfates donne de l'hydrogène sulfuré qui est resté piégé dans les joints de grains et qui est évacué lorsque l'on casse.

photo 1 de la carrière
Le début de la carrière.
Gros blocs de dolomie en premier plan

un gros bloc de marbre
Un affleurement plus important, très accessible en bord de chemin, pourquoi n'a-t'il pas été emporté ?

un morceau de marbre
Un morceau de marbre, il n'est pas visible d'un premier coup d'oeil, la patine d'altération est grisâtre comme les blocs de dolomie environnants.
Il faut casser et sentir !

Roche Paviote


Situation générale
On passe au-dessus de la falaise de la discordance et l'on aborde la montée sur la crête où se trouve roche Paviote. On quitte la dolomie triasique pour le calcaire de Laffrey. Cette crête a une forme de croissant, une partie montante (120 m) de l'ouest vers l'est. La pente est plus accentuée côté sud vers le vallon des Chuzins en face de Cimon ; l'autre partie, oriéntée nord-est en direction de La Sausie, pratiquement horizontale et à pentes douces de part et d'autre.
Ces différences de modelé s'expliquent par la géologie, la première partie est en calcaire de Laffrey à strates redressées, quasiment verticales sur la crête, la deuxième partie est en calcaire marneux (Aalénien).

Historique
Une petite bibliographie qui montre que nos connaissances sont bien maigres sur l'origine et l'histoire de ce lieu.
- L'Abbé Dussert n'écrit que quelques lignes, il se demande comment le château est devenu la propriété du Dauphin. La première mention R. de Rocho remonte à 1137.
- Pierre Berthier (1939) : Les ruines étaient encore assez importantes en 1880 lorsque la foudre a fait tomber un grand pan de mur. Dans l'intérieur du château, les souterrains étaient très visibles. Quelques noms de seigneurs qui en furent les propriètaires entre 1254 et 1490.
- Victor Miard (1965), n'apporte rien de positif sauf un dessin de 1890 montrant le pan de mur restant après la destruction par la foudre en 1880.
- Renée Colardelle,, Le Pays de la Mure, Bernard de la Fayolle : Roche Paviote a probablement été une motte castrale au temps de la féodalité avant de devenir un château.
- Eric Tasset, 1995, L'Isère des châteaux forts : il y avait probablement une motte castrale au XIe siècle ou même une fortification antérieure, remplacée par un château en pierre au tout début du XIIIesiècle.(voir les dessins plus bas)

vallon des Chuzins
Ruine du château de Roche-Paviote
Dessin de Em. Desmoulins (1890)
"La Mure et la Matheysine", V. Miard




Extrait du dessin fait en 1580 par Ercole Negro, ingénieur au service de Lesdiguières, à l'occasion du siège de la Mure.
site patrimoine Isère
On peut trouver la reproduction de ce plan dans René Reymond, Histoire Mémorable Du Siège De La Mure En L' An 1580 , 1979.
Le château est noté "en ruines" et au niveau des habitations il y a la mention "village"

carte de 1580

Ce que l'on voit aujourd'hui
Une forêt de fayards a tout envahi. Curieux endroit, aujourd'hui délaissé et silencieux, où l'on progresse en essayant d'imaginer la vie qui a régné pendant plusieurs siècles. En montant sur la crête en aval de la Roche il nous semble retrouver des traces de construction et de carrières. Une richesse à la disposition des habitants, le matériau de construction, le calcaire de Laffrey, excellent aussi pour faire de la chaux.

vestige de construction ?
Affleurement ou vestige de construction ?
Il faudrait faire des fouilles !

strates redressées
En bord de falaise les strates de calcaire de Laffrey sont quasi verticales

zone de prélèvement de calcaire
Un excellent calcaire à disposition pour les constructions

Il faut vraiment arriver à côté pour voir la Roche Paviote, elle est cachée par les arbres. Nous sommes sur un replat au pied du rocher en rupture avec la crête en aval. Pour isoler le château on a retaillé le rocher et enlevé une partie de la crête ce qui crée une surface à peu près plane. En montant au niveau supérieur on croise des restes de terrassements : fossé, place des fortifications, chemin d'accès ?
On arrive a la plate-forme qui était la basse-cour, où se situaient les bâtiments, au pied de la partie sommitale de la roche sur laquelle était édifié le donjon. La partie plane au sommet est de 8 m sur 5 m.

aménagement extérieur
On a isolé le rocher en aval en cassant la crête, probablement pour des raisons de défense et pour créer une surface plane. Le château est installé plus haut, au niveau du trait jaune.

l'intérieur ou étaient les bâtiments
Au niveau du trait jaune de la photo précédente. Nous sommes dans l'enceinte du château, dans la basse-cour de seulement 40 m sur 20 m au pied du rocher.

Eric Tasset nous autorise aimablement à reproduire deux dessins : Le château de Roche Paviotte au XIIIe siècle (Essai de restitution) tirés de son livre "L'Isère des châteaux forts".

un dessin d'Eric Tasset

un plan d'Eric Tasset

panorama de la petite plate-forme du donjon
Panorama à partir de la petite plate-forme (1087 m) sur laquelle était édifié le donjon.
A gauche, au premier plan, Breydent (1140 m) qui eut aussi un ouvrage fortifié,
Cimon un peu plus haut, 1209 m, limite la vue côté Obiou dont on voit juste le sommet.

L'ancien village des Chuzins
Le dessin d'Ercole Negro, fait en 1580, signale que le château est en ruine de même celui de Breydent. Il montre des habitations tout au long de la descente en mentionnant "village", ce qui laisse à penser que le village de Nantizon-les Chuzins était situé là. Ce qui semble logique puisqu'il n'était probablement pas installé dans les parties basses situées dans les marais hérités du lac glaciaire et qui ont été aménagés plus tard suite à la construction de la route Grenoble-Gap décidée en 1750 qui remplace la très ancienne voie qui passait de l'autre côté des lacs.
P. Berthier écrit : "De nos jours, les mines du Villaret sont un véritable bouleversement de la région, surtout dans la petite plaine de ce hameau. Il y a à peine 30 ans, ce coin de marais servait de pâturage aux animaux de l'endroit."

↑MENUS↑