Sites remarquables
- Beaumont
  * Le canal du Beaumont
- Bonne (vallée de la)
  * 1. jusqu'au Désert
  * 2. en amont du Désert
- Cognet
  * La roche et le pont
- Connex
- Corps
  * Les carrières de marbre
- Entraigues
  * L'arche du vet
- Laffrey
  * Les carrières
  * Lacs - zones humides
- Lavaldens
  * Vallon de l'Espalier
- Malsanne (vallée de la)
- Marcieu
  * Les Champs
- Mayres-Savel
  * Cristaux de gypse
- Monteynard
  * lac à la fin de l'hiver
  * Les passerelles
  * Eboulement Clapisse
- La Motte d'Aveillans
  * La Grande Draye
- La Motte Saint Martin
  * La cimenterie
  * Demoiselles du Majeuil
- La Mure
  * Cimon
  * Payon
  * Péchot
- Nantes en Ratier
  * Colline Les Mas
- Pellafol
  * Les Gillardes
- Pierre-Châtel
  * La Pierre Perçée
- Prunières
  * meulière
- Saint-Arey
  * Demoiselle coiffée
  * Travertin de la Baume
- Sainte-Luce
  * La carrière
- Saint-Honoré
  * Oullière (Col d')
  * Le Piquet de Nantes
- Saint-Laurent-en-B
  * Les Garguettes
- La Salette
  * Les accès
  * Le col d'Hurtières
  * Le Gargas
  * Le Col de Prés Clos
- Senépi
  * Les Signaraux
  * Bornes Le Camus
  * Pierre Plantée
- Siévoz
  * Ancienne cimenterie
  * Le Besset
- Sousville
  * Pont-Haut, demoiselles
- Susville
  * Discordance Chuzins
  * Merlins, effondrement
  * Roche Paviote
  * Carrières Versenat
  * Rocher Siéroux
- Valbonnais
  * Cimenterie Pelloux
  * La carrière de gypse
  * Géologie et escalade
- Valsenestre
  * Village et géologie
  * Le cipolin
  * Combe Oursière
  * Le col de Côte Belle
  * Le vallon
- Venosc
  * Vallon de la Muzelle
- Villard-Saint-Christophe
  * Ciment, carrière
  * Chinarde, carrière
  * Côte Dure
  * Fontaine du Fayet

LES DEMOISELLES COIFFÉES DE ROIZONNE

Itinéraire
En venant de la Mure, juste avant le pont, prendre à gauche la route qui mène à la centrale, à une centaine de mètres prendre le vallon à gauche.

      itinéraire

Cet affleurement est dans la liste des 19 sites géologiques remarquables de l'Isère, avec une étoile. La fiche RHA 024 précise :

Exemple d'érosion et destruction des cheminées de Fées

Les ponts

Pont Haut se trouve sur une limite historiquement importante : peut-être limite entre les territoires des tribus Voconces et Tricorii du temps des Celtes ; entres les provinces viennoise et narbonnaise au IVe siècle ; entre les diocèses de Grenoble et de Gap et, aujourd'hui, plus modestement à la limite des cantons de La Mure et de Corps donc de la Matheysine et du Beaumont.
Nos auteurs locaux parlent des trois ponts qui ont permis au cours du temps de traverser la Bonne :
- un pont romain (?) partiellement effondré en 1917 et démoli en 1957.
- un pont construit en 1650 soit au-dessus du précédent soit plus en amont.
- Le pont actuel construit en 1751-2 suite à la décision de faire la route royale Grenoble à Gap (la route de Pont-Haut à la Mure ne sera terminée qu'en 1798).
Les deux photos ci-dessous montrent-elles les trois ponts ou plus vraisemblablement le pont dit romain à 2 arches au-dessous du pont actuel ?

Les Demoiselles


carte postale d'avant 1900
Carte postale la plus ancienne de Pont-haut (vers 1905 ?) montrant les Demoiselles et en ce qui concerne les ponts, probablement au-dessous du pont actuel le pont romain à deux arches.

Les demoiselles aujourd'hui
Les Demoiselles aujourd'hui, La destruction est importante et la végétation a envahi le site.
une toute petite cheminée
Une très rare petite cheminée qui a encore un chapeau.


carte postale environ 1900
Carte identique à la précédente mais plus tardive (avant 1917) au vu de la végétation beaucoup plus fournie sur les flancs des Demoiselles.

Origine et formation des Demoiselles

L'explication simpliste que l'on donne généralement
Depuis le retrait des glaciers, les dépôts morainiques hétérogènes sont soumis aux intempéries (précipitations, gel, vent, etc.) érodant ainsi patiemment ce 'béton" très peu perméable. Le ruissellement des eaux en surface petit à petit isole de gros rochers résistants. Grâce à leur taille et leur poids respectables, ces blocs font office de "chapeaux protecteurs" en compactant la moraine sous-jacente, tandis que les matériaux fins non protégés sont désagrégés et emportés au loin.
Les cheminées vont atteindre leur maximum au bout d'environ 10 000 ans. Elles vont ensuite s'acheminer vers leur destruction. En effet, elles sont condamnées à disparaître soit par effondrement, soit par érosion suite à la perte de leur chapeau rocheux protecteur qui finissent par ne plus avoir une assise suffisante. La colonne ainsi décoiffée devient plus vulnérable aux intempéries et elle s'amenuise alors rapidement.

un schéma d'explication sur la formation des demoiselles
Un schéma sur un panneau à Euseigne (Suisse)




On trouve l'animation du schéma ci-contre à l'adresse http://www.editions-breal.fr/svt_college/5eme/cheminee_fee/main.html

autre schéma
Un autre schéma, on arrive au stade 2 après environ 5000 ans et au stade 3 après 10000 ans

C'est certainement plus compliqué !
Si l'on comprend qu'un bloc peut initier une colonne, il semble évident que dès l'épaisseur du bloc protecteur dépassé, le ruissellement doit rapidement saper l'intervalle bloc-dêpot.
Les explications plus complètes font intervenir des cimentations sélectives de la moraine par des remontées de fluides minéralisés. Les colonnes seraient donc préformées puis révélées par l'érosion. Même si l'on trouve des colonnes sans chapeau celui-ci doit jouer un rôle, est-ce la pression qu'il exerce ? (blocs de 20 tonnes à Euseigne). Le bloc est soudé sur la colonne ce qui permet à des chapeaux en déséquilibre de se maintenir.

un schéma d'explication sur la formation des demoiselles
Un schéma extrait d'un panneau explicatif à Théus

pyramide d'Euseigne
A Euseigne, Valais Suisse, on parle de pyramides. Certains blocs atteignent 20 tonnes.

colonnes de Théus
Demoiselles de Théus, même si l'on trouve des demoiselles non coiffées, le chapeau joue un rôle et donne des colonnes plus spectaculaires.



Les matériaux des Demoiselles


La partie inférieure appartient à la moraine de base du Würm 2 [4 de la coupe ci-contre] déposée sur des dépôts du Würm 1 [2] Après le recul du glacier la dépression se remplit d'argiles glacio-lacustres et lacustres [5], ceci pendant l'intervalle Würm 2-3. Ces argiles constituent la partie haute.

Au-dessus se déposera la moraine argileuse du Würm 3 [6], elle-même recouverte par les terrasses d'alluvions glacio-lacustres [7] apportées par la fonte du glacier pendant son retrait définitif.
Les argiles de la tuilerie, sont contemporaines au dépôt 5.

Ensuite la Bonne et la Roizonne ont repris leur cours en s'enfonçant dans les différentes alluvions, l'érosion a sculpté les cheminées dans les alluvions 4 et 5, elles ont probablement atteint leur maximum il y a 2 ou 3 siècles, aujourd'hui elles sont fortement dégradées. la végétation a tout envahi, ce qui empêche la continuation du processus de formation et accélère la destruction.

coupe dépots par Montjuvent
Coupe prise dans la thèse de Guy Montjuvent


Les deux formations des Demoiselles se distinguent clairement, en bas la moraine et au-dessus la formation d'argiles litées.


La partie basse, moraine argileuse (formation 4 de la coupe),
dépôt hétérogène avec des blocs.


La partie supérieure, argiles litées glacio-lacustre (formation 5 de la coupe,
on voit bien le litage horizontal.



Les Demoiselles, bien que mentionnées aujourd'hui sur toutes les cartes, ne semblent pas avoir été un lieu de tourisme répertorié. Dans les guides touristiques de la fin des années 1800 on parle beaucoup de La Motte les Bains et de La Salette. Dans La Mure et ses environs de L. Caillet, 1925, à l'usage des touristes où de nombreuses promenades sont décrites dont celle "Les ponts de Ponthaut" avec description et histoire des différents ponts ; sur le parcours il est dit, sans plus, on voit de jolies colonnes coiffées et un fragment de voie romaine.

Pour ceux qui veulent en savoir plus :
Sur l'histoire des ponts :
Pierre Barnola, Enigmes et trouvailles dans Mémoire d'Obiou N°12, pp. 147 à 150.
Sur la géologie :
Page La Mure et page Nantes, Oris en Rattier, Roizon de Geol-alp.
Thèse de Guy Montjuvent, pages 244 et 421.

↑MENUS↑