Sites remarquables
- Beaumont
  * Le canal du Beaumont
- Bonne (vallée de la)
  * 1. jusqu'au Désert
  * 2. en amont du Désert
- Cognet
  * La roche et le pont
- Connex
- Corps
  * Les carrières de marbre
- Entraigues
  * L'arche du vet
- Laffrey
  * Les carrières
  * Lacs - zones humides
- Lavaldens
  * Vallon de l'Espalier
- Malsanne (vallée de la)
- Marcieu
  * Les Champs
- Mayres-Savel
  * Cristaux de gypse
- Monteynard
  * lac à la fin de l'hiver
  * Les passerelles
  * Eboulement Clapisse
- La Motte d'Aveillans
  * La Grande Draye
- La Motte Saint Martin
  * La cimenterie
  * Demoiselles du Majeuil
- La Mure
  * Cimon
  * Payon
  * Péchot
- Nantes en Ratier
  * Colline Les Mas
- Pellafol
  * Les Gillardes
- Pierre-Châtel
  * La Pierre Perçée
- Prunières
  * meulière
- Saint-Arey
  * Demoiselle coiffée
  * Travertin de la Baume
- Sainte-Luce
  * La carrière
- Saint-Honoré
  * Oullière (Col d')
  * Le Piquet de Nantes
- Saint-Laurent-en-B
  * Les Garguettes
- La Salette
  * Les accès
  * Le col d'Hurtières
  * Le Gargas
  * Le Col de Prés Clos
- Senépi
  * Les Signaraux
  * Bornes Le Camus
  * Pierre Plantée
- Siévoz
  * Ancienne cimenterie
  * Le Besset
- Sousville
  * Pont-Haut, demoiselles
- Susville
  * Discordance Chuzins
  * Merlins, effondrement
  * Roche Paviote
  * Carrières Versenat
  * Rocher Siéroux
- Valbonnais
  * Cimenterie Pelloux
  * La carrière de gypse
  * Géologie et escalade
- Valsenestre
  * Village et géologie
  * Le cipolin
  * Combe Oursière
  * Le col de Côte Belle
  * Le vallon
- Venosc
  * Vallon de la Muzelle
- Villard-Saint-Christophe
  * Ciment, carrière
  * Chinarde, carrière
  * Côte Dure
  * Fontaine du Fayet

LA MOTTE D'AVEILLANS - LA GRANDE-DRAYE

Emile Gueymard, 1844 :
Concession de la grande Draye>
La concession de la grande Draye a été accordée le 4 juillet 1806 et confirmée depuis par un décret du 10 mars 1809. Elle est située sur la commune de la Motte d'Aveillans et comprend une étendue superficille de 276 hectares.
Le gîte qui forme la principale richesse de cette concession, est la plus belle couche d'anthracite qui existe dans les Alpes ; elle est repliée en zig-zag sur elle-même, de manière à présenter la forme d'un N dont les angles seraient arrondis. La branche presque verticales MN est appelée la grande Draye du nom d'un ravin qui existe à la surface. La partie moyenne NO a reçu le nom de faux Filon et la branche OP, située à gauche, celui de Rivoire. La direction moyenne de ces trois branches ou gîte est à peu près du nord au sud ; chacune d'elle constitue une exploitation distincte que nous décrivons séparément.
La grande Draye a une forte inclinaison vers l'ouest d'environ 80°. Elle se compose de deux veines d'anthracite l'une de 4 mètres, l'autre de 4,5 mètres, séparées entre elles par un banc de rocher continu, dont l'épaisseur varie depuis quelques décimètres jusqu'à 2 ou 3 mètres. On y a ouvert deux galeries aboutissant au jour, la plus élevée portant le nom de Galerie de la Bastille est destinée à l'exploitation de l'extrémité supérieure de la grande Draye. Cette partie du gîte est presque entièrement épuisée par de vieux travaux. Cependant comme les anciens extracteurs ne suivaient aucune marche régulière, ils ont laissé çà et là plusieurs massifs d'anthracite que l'on peut encore exploiter avec avantage. Ces travaux sont voisins de l'affleurement de la couche dont la trace est parfaitement marquée sur le Serre-de-Crest par une longue suite d'éboulements ; la seconde galerie dite des Trois embranchements aboutit à la partie moyenne du gîte. Lorsqu'elle sera achevée, elle traversera horizontalement les trois branches de la couche et établira une communication facile entre toutes les parties de cette vaste exploitation.
Les deux galeries précédentes ont été percées depuis peu de temps et renferment des chemins de fer. La galerie la plus basse dite de la grande Draye est très ancienne et sert aujourd'hui à l'écoulement ; elle a été percée dans le rocher entre le faux Filon et la grande Draye et fait communiquer avec le jour ces deux parties du gîte.



Les premiers occupants du lieu se sont probablement interrogés sur cette roche noire et friable qui sortait de terre, à quoi pouvait elle leur être utile ? Le fait que cette pierre était capable de brûler a dû être constaté rapidement mais ceci se passe dans des conditions très désagréables comparativement au bois présent en grande quantité sur tout le territoire.
L'exploitation du "charbon de pierres" a été très tardive et est probablement liée à la rareté du bois. D'abord artisanale (XIVe ?) puis pré-industrielle (XVIe ?).
L'exploitation de la Grande Draye dans les normes les plus modernes a commencé dès l'attribution de la concession avec Jules Giroud puis avec son fils Henri Giroud. Seules les concessions avec présence de la Grande Couche se sont révélées viables, la plus rentable étant celle de la Grande Draye qui donnait une forte production, elle sera le germe de la formation de la Compagnie des mines qui va regrouper les meilleures concessions. En 1869 on compte 300 à 350 mineurs dans les mines de la Grande Draye.

Une promenade sur les lieux

La société de tir à l'arc, Les flèches du plateau matheysin, a transformé de belle façon ce lieu qui devait être auparavant plutôt sinistre et quasi impénétrable. Un grand bravo aux adhérents qui ont fait un travail considérable sur plusieurs années. Le site reste ouvert aux randonneurs.
Nois empruntons le parcours noté en surcharge sur le plan des parcours de tir, il faut faire preuve d'imagination car les vestiges de l'exploitation sont maigres et ce lieu qui devait être complètement nu est aujourd'hui densément boisé. La plate forme de départ est au niveau de la galerie des trois embranchements dont nous verrons l'entrée sur le chemin des grilleuses.


On démarre au départ du circuit vert. Le sol est sur toute la montée constitué des stériles de l'exploitation, schistes et grès houillers, on trouve très peu de fossiles de plantes. On arrive sur le razzier, grande surface plane, non végétalisée (?). On doit se trouver au niveau de la Galerie de la Bastille (niveau 7). Emplacement de l'entrée ?


Le sommet du razzier

On revient sur nos pas et l'on suit le chemin horizontal qui conduit au départ du parcours bleu qui, par petits lacets monte directement au sommet. On rentre dans une partie évasée, avec une falaise à droite, la grande couche remplissait ce grand creux. Sur cette falaise, limite de la couche, on trouve quelques fossiles de plantes.


On arrive dans un grand creux, là où se trouvait la grande couche qui arrivait à l'air libre.


Vue prise un peu plus haut.


Sur la crête on trouve le chemin qui conduit à la Pierre Percée, pour le retour on le prend dans le sens de la descente. On marche sur le sol carbonifère, couches très redressées de grès très fin (pélites). On passe près de ce qui était un accès ou une ventilation de galerie.


Pélites carbonifères très redressées.

          
Un accès à une galerie.



Le chemin des grilleuses

Devant le stand de tir à l'arc un chemin démarre en restant horizontal, il est indiqué "Chemin des Grilleuses" en hommage à ce personnel féminin qui, dans des conditions difficiles, triaient le charbon.
Quelques vestiges le long de ce chemin permettent d'imaginer la période d'activité :
- L'entrée de la galerie des Trois embranchements notée N°8, aujourd'hui murée, tout près une autre petite entrée cachée par la végétation.
- En face un bâtiment où l'on voit en partie basse les voutes d'accès.
- A la suite des entrées, 2 latrines et un petit bâtiment.
- Le chemin arrive à un grand terre-plein, un probable razzier aujourd'hui propriété privée avec à droite un chemin, probable trajet d'une voie ferrée d'évacuation du charbon (vers la Festinière ?)


L'entrée de la galerie N°8


Un petit bâtiment en briques


Au centre de la photo, cachée par la végétation, un petit accès.


Un bâtiment que l'on devine construit pour l'exploitation.






Une grande esplanade, ancien razzier.


Pour ceux qui veulent en savoir plus :
- Page Aveillans, La pierre percée du site geol-alp, montrant l'importance du Houiller dans le secteur.
-Stéphane Revel : La Motte d'Aveillans - niveau 8,

↑MENUS↑